Un bus pour être la voix des derniers

Au Cameroun, la Communauté du Pape Jean XXIII, grâce au projet "Plus de mineurs en prison", prévient l'emprisonnement des mineurs et favorise la réinsertion des prisonniers par la formation et la réintégration sociale. Les volontaires travaillent dans les prisons, les tribunaux et aident les familles des prisonniers et des enfants vivant dans la rue. Pour mener à bien ces activités dans un environnement difficile, avec des routes en mauvais état et des transports inefficaces, un véhicule adapté est nécessaire. Le coût est élevé : 30 000 €. Aidons-les à atteindre leur objectif !

Un bus pour être la voix des derniers

Au Cameroun, la Communauté du Pape Jean XXIII, grâce au projet "Plus de mineurs en prison", prévient l'emprisonnement des mineurs et favorise la réinsertion des prisonniers par la formation et la réintégration sociale. Les volontaires travaillent dans les prisons, les tribunaux et aident les familles des prisonniers et des enfants vivant dans la rue. Pour mener à bien ces activités dans un environnement difficile, avec des routes en mauvais état et des transports inefficaces, un véhicule adapté est nécessaire. Le coût est élevé : 30 000 €. Aidons-les à atteindre leur objectif !

La Communauté du Pape Jean XXIII est présente au Cameroun avec le projet " Plus de mineurs en prison " depuis 2014, dans le but de prévenir l'incarcération des enfants et des jeunes et de diminuer le taux de récidive des détenus, en les suivant dans des parcours de rééducation et de réinsertion socioprofessionnelle.

Ce parcours se fait grâce à la présence de nombreux bénévoles qui, sous la supervision du chef de projet, sont aux côtés de ces personnes tout au long de leur parcours :
  • Dans cinq prisons situées dans la région, ils posent les bases d'un nouveau parcours de vie à travers des moments de rencontre et de confrontation ;
  • Ils tiennent garnison dans les palais de justice où leur présence est indispensable pour tenter d'obtenir des peines alternatives à la prison et garantir le respect des droits fondamentaux de l'homme;
  • Ils rencontrent les familles des détenus et entreprennent avec elles un parcours de médiation et de réconciliation, fondamental au moment de la libération ;
  • Ils mènent des actions préventives en rencontrant et en soutenant les enfants et les jeunes qui vivent dans la rue, auxquels ils fournissent des produits de première nécessité et avec lesquels ils tentent d'établir une relation de confiance : l'objectif est de leur donner la possibilité de commencer un parcours dans les foyers de la Communauté, où ils auront l'occasion de manger, de dormir, d'étudier et d'apprendre un métier.
Toutes ces activités requièrent de la ponctualité et de nombreux déplacements, mais pour les réaliser, il est essentiel de disposer d'un moyen de transport adéquat : au Cameroun, les routes sont cahoteuses et rarement asphaltées et, lorsqu'il pleut, elles se transforment en véritables rivières de boue. Les transports publics sont peu fiables et inefficaces, et même les tâches quotidiennes les plus simples prennent du temps et de l'énergie. De plus, dans les zones rurales les plus reculées, il devient presque impossible d'atteindre les familles avec lesquelles une relation de confiance et de coopération doit être établie.

Disposer d'un véhicule sûr est indispensable pour continuer à être la voix de ces personnes. Malheureusement, le coût d'un minibus est très élevé et malgré l'aide reçue de nombreuses personnes, il nous manque encore 30 000 € pour pour pouvoir acheter un nouveau véhicule.

Aidez-nous maintenant avec un don. Ou multipliez votre contribution en créant votre propre collecte de fonds personnelle que vous partagerez avec vos amis et vos proches. Le réseau s'étend et ensemble nous atteignons l'objectif ! Aidez nos bénévoles à disposer d'un véhicule adapté pour s'occuper des personnes les plus vulnérables. Allez, vous êtes partant ?

2 318 €

8%
30 000 €
34 Dons
2 Collecte de fonds
Partager
La Communauté du Pape Jean XXIII est présente au Cameroun avec le projet " Plus de mineurs en prison " depuis 2014, dans le but de prévenir l'incarcération des enfants et des jeunes et de diminuer le taux de récidive des détenus, en les suivant dans des parcours de rééducation et de réinsertion socioprofessionnelle.

Ce parcours se fait grâce à la présence de nombreux bénévoles qui, sous la supervision du chef de projet, sont aux côtés de ces personnes tout au long de leur parcours :
  • Dans cinq prisons situées dans la région, ils posent les bases d'un nouveau parcours de vie à travers des moments de rencontre et de confrontation ;
  • Ils tiennent garnison dans les palais de justice où leur présence est indispensable pour tenter d'obtenir des peines alternatives à la prison et garantir le respect des droits fondamentaux de l'homme;
  • Ils rencontrent les familles des détenus et entreprennent avec elles un parcours de médiation et de réconciliation, fondamental au moment de la libération ;
  • Ils mènent des actions préventives en rencontrant et en soutenant les enfants et les jeunes qui vivent dans la rue, auxquels ils fournissent des produits de première nécessité et avec lesquels ils tentent d'établir une relation de confiance : l'objectif est de leur donner la possibilité de commencer un parcours dans les foyers de la Communauté, où ils auront l'occasion de manger, de dormir, d'étudier et d'apprendre un métier.
Toutes ces activités requièrent de la ponctualité et de nombreux déplacements, mais pour les réaliser, il est essentiel de disposer d'un moyen de transport adéquat : au Cameroun, les routes sont cahoteuses et rarement asphaltées et, lorsqu'il pleut, elles se transforment en véritables rivières de boue. Les transports publics sont peu fiables et inefficaces, et même les tâches quotidiennes les plus simples prennent du temps et de l'énergie. De plus, dans les zones rurales les plus reculées, il devient presque impossible d'atteindre les familles avec lesquelles une relation de confiance et de coopération doit être établie.

Disposer d'un véhicule sûr est indispensable pour continuer à être la voix de ces personnes. Malheureusement, le coût d'un minibus est très élevé et malgré l'aide reçue de nombreuses personnes, il nous manque encore 30 000 € pour pour pouvoir acheter un nouveau véhicule.

Aidez-nous maintenant avec un don. Ou multipliez votre contribution en créant votre propre collecte de fonds personnelle que vous partagerez avec vos amis et vos proches. Le réseau s'étend et ensemble nous atteignons l'objectif ! Aidez nos bénévoles à disposer d'un véhicule adapté pour s'occuper des personnes les plus vulnérables. Allez, vous êtes partant ?
Partager

Collecteurs de fonds soutenant le projet

Nouvelles des collecteurs de fonds

APG23

Dai Ci Stai ? Il s'agit de la plateforme créée pour créer des collectes de fonds en ligne en faveur de la Comunità Papa Giovanni XXIII, qui, depuis plus d'un an, s'efforce d'améliorer la qualité de vie de ses membres. 50 ans aux côtés des personnes dans le besoin.

Avez-vous besoin d'aide ?

Cliquez ici et lisez les instructions pour créer votre collecte de fonds.
Vous pouvez également écrire à sostenitori@apg23.org ou appeler le 0543.404693 du lundi au vendredi (heures de bureau).

Suivez-nous sur